Inscrivez-vous pour recevoir les nouveautés.
Consultez notre politique de confidentialité .

Will Guthrie — Nist Nah

L’interview de Wlll Guthrie a été réalisée à l’occasion du concert  radiophonique qui a eu lieu au confort moderne le dimanche 22 novembre  2020  et à l’initiative de Jazz à Poitiers, du confort moderne et du  lieu Multiple. Il nous parle de son projet musical Nist Nah accompagné  de 7 autres musiciens et basé sur l’utilisation du gamelan instrument  traditionnel indonésien.

Peu sensible au concept de frontières, l’australien, Will Guthrie, a  posé ses valises à Nantes en 2004. Jouant aux quatre coins du globe, il  a, en une quinzaine d’années, gravé son empreinte parmi celles des plus  singuliers batteurs et percussionnistes qui martèlent l’espace sonore  des musiques expérimentales internationales. Avec son approche brute et  pourtant érudite de l’instrument, on oublie la technique, on écoute la  musique.

Habitué à tourner en solo, on le croise aussi régulièrement entourés  de la crème des stakhanovistes de la free music d’aujourd’hui (Oren  Ambarchi, Mark Fell, Roscoe Mitchell, Anthony Pateras, Jean-Luc  Guionnet) mais sa musique dépasse tous les carcans des identités  restreintes. Will Guthrie est aussi un homme qui s’est nourri de sons de  partout, et il nous fait entendre ce qu’il en a digéré. Une musique aux  racines apparentes mais à la modernité bien affirmée.

Ces derniers temps, son désir d’élargir toujours davantage son  horizon l’a mené à l’étude et au jeu du gamelan, l’instrument  traditionnel des musiques Indonésiennes. Cet instrument qui s’énonce au  singulier mais qui est un ensemble de percussions, un orchestre  d’éléments de métal, de bois et de peaux qui se joue nécessairement à  plusieurs. De quelques personnes à quelques dizaines. Un instrument  géant donc, tentaculaire. Une entité qui envahit l’espace sonore sur  toutes ses strates et dans toutes ses dimensions. Un instrument au  spectre infini, s’accordant la mélodie autant qu’usant de la pulsation  jusqu’au ravissement.

Le gamelan charrie son histoire et s’inscrit dans un territoire. Il a  fallu nombre de séjour en Indonésie avant que Will Guthrie s’en  autorise l’usage. Un usage singulier qui a le mérite de savoir où est sa  place, loin de l’appropriation culturelle exotique jouant l’indonésien à  Paris, ni l’arrogance de l’emprunt anhistorique du matériau pour  tropicaliser les sons du kit. Il préserve l’essence de l’instrument, sa  valeur d’ensemble et la puissance du geste ainsi que le poids de la  dimension sacrée qu’il véhicule, sans la singer, dans un certain respect  profane qui donne une profondeur à sa musique.

Montage et photos : @ptreguer

EMF Radio Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.